Sainte Catherine – La tradition du chapeau coloré

Chaque 25 novembre, la fête de la Sainte Catherine a lieu, l’occasion de revêtir le célèbre chapeau vert et jaune. Mais d’où vient cette tradition et qu’en est-il de sa popularité aujourd’hui?

Sainte Catherine d’Alexandrie

Tout commence avec une femme: Sainte Catherine. Selon la croyance, la jeune femme, convertie au christianisme, aurait toujours refusé de se marier. Fervente croyante, elle avait fait le choix de n’être mariée que spirituellement à Jésus Christ.  A cette époque, l’empereur Maximien, qui persécutait les chrétiens, convoqua ces derniers à une célébrations païenne. Catherine refusa d’y participer et choisit de discuter directement avec l’empereur pour le remettre sur le voie du christianisme.

Fasciné par la beauté et la vivacité d’esprit de la jeune femme, Maximien entama avec elle un débat religieux qu’il ne gagna pas. Pour démontrer que le christianisme n’était pas la religion à adopter, 50 philosophes païens au service de l’empereur discutèrent avec Catherine. Néanmoins, l’effet escompté fut l’inverse: les philosophes, convaincus par les arguments de Catherine, se convertirent au christianisme. Maximien, furieux de son échec, les fit aussitôt brûler avant de demander la jeune femme en mariage. Face à son refus l’empereur l’emprisonna, mais, la jeune femme ne capitulant pas, il la condamna finalement au supplice de la roue.

Au moment de l’exécution de Catherine, la roue se brisa. L’empereur lui laissa en vain une seconde chance de l’épouser, avant de la faire décapiter un 25 novembre. Selon la légende,  ce n’est pas du sang mais du lait qui se serait écoulé de la tête de la jeune femme. Les anges auraient alors enterré son corps sur le Mont Sinaï.

Afficher l'image d'origine

Sainte Catherine portée par les Anges, par Karl Lehmann

Afficher l'image d'origine

 

Cette torture et cette bravoure firent de la jeune femme une figure de courage mais aussi de foi pure, ce qui lui conférera le statut de Sainte et de martyre. Exécutée alors qu’elle était encore vierge, Sainte Catherine occupe une place importante parmi les saintes et deviens par la suite la patronne des célibataires.

Dans les paroisses médiévales, la tradition voulait que la statue de la sainte soit coiffée. Ce travail consistait alors à nettoyer la statue mais aussi à lui changer sa coiffe. A l’époque, ce sont les jeunes filles célibataires qui se chargent de ce travail. Il était également coutume de prier la sainte pour ne pas mourir célibataire. Les jeunes femmes piquait alors une aiguille dans la coiffure de la sainte.

La tradition évolue et les célibataires finissent par se coiffer elles mêmes de chapeaux verts (couleur de l’espoir) et jaune (couleur de la sagesse). Les coiffes étaient confectionnés par les proches de la jeune fille, qui devait la porter toute la journée du 25 novembre.

 

Midinettes d'un atelier parisien habillées pour la Sainte-Catherine

Midinettes d’un atelier parisien habillées pour la Sainte-Catherine

Cette tradition a cependant perdu de son entrain au cours des années. En effet, certaines jeunes femmes la trouvait dans un sens humiliante du fait d’être pointée du doigts comme célibataire. Aujourd’hui, certaines célibataires fêtent toujours la Sainte Catherine et se coiffent du célèbre chapeau. La pression sociale n’étant cependant pas la même qu’à l’époque, la tradition occupe plus une place de loisir que de réel coutume pour encourager le mariage.

Aujourd’hui, on appelle Catherinette une femme qui serait encore célibataire à 25 ans.

Ci dessous, quelques modèles de chapeaux Catherinette que vous pouvez retrouver sur la boutique en ligne Traclet en cliquant sur les liens des images.

 

 

 
Vous avez aimé cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *