Le chapeau : un couvre-chef devenu un accessoire de mode

Béret, Borsalino, chapeau melon ou canotier, le chapeau se décline en de multiples versions et traverse le temps depuis l’Antiquité. Plus qu’un simple couvre-chef, il est aujourd’hui devenu un accessoire de mode.

De l’origine du chapeau

Les premières traces de chapeaux remontent à l’Antiquité. Les Grecs et les esclaves de la Rome Antique en portaient tandis que les pharaons égyptiens posaient le pschent sur leur tête en guise de couronne. Le chapeau a depuis traversé les siècles sous différentes formes et a évolué pour répondre à différents usages. S’il est initialement réservé aux hommes, il commence à être adopté par les femmes à partir du 16e siècle. Le chapeau est alors porté durant les promenades, avec les uniformes militaires, comme un signe de classe sociale ou à l’occasion de cérémonies officielles. Il ne sert au cours des dernières décennies qu’à protéger du soleil ou de la pluie, mais il a continué à se décliner en de nombreuses variantes. Parmi les modèles de chapeaux les plus connus, on peut citer le trilby, la Fédora, le canotier, le haut de forme, le chapeau melon, le Panama, le chapeau de cowboy, le béret, le bob ou encore le sombrero.

Chapeau et mode : une combinaison gagnante

Aujourd’hui, le chapeau ne se contente plus de son simple rôle de couvre-chef. Il est désormais un accessoire de mode qui s’adapte à tous les styles vestimentaires et tous les looks. On le porte en toutes saisons et n’importe quelle boutique spécialisée en propose. Après avoir consulté les horaires d’ouverture et de fermeture des magasins de vêtements, il suffit de se rendre dans l’enseigne de son choix pour en avoir la preuve. Le chapeau ne se porte cependant pas n’importe comment. En été, la capeline en paille ou en tissu, le Panama en paille ou la casquette en tissu sont à privilégier avec une robe légère ou une chemise. En hiver, on optera en revanche pour la Fédora ou le Borsalino, de préférence de couleur sombre, que l’on associera avec des tenues casual.

Vous avez aimé cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *