Borsalino – La célèbre Maison Italienne

logo (1)

 

Borsalino, c’est l’une des marques les plus connues et les plus influentes dans le monde du chapeau. C’est aussi un chapeau éponyme, grand classique de la garde robe.

La naissance d’un mythe

Tout commence avec un homme: Giuseppe Borsalino. Né en 1834 à Alessandira, le jeune italien intégrera la célèbre usine parisienne de chapeaux Berteil, rue du Temple. Cette dernière joui alors d’une bonne renommée avec ses chapeaux en poils de castor. Après 7 années de formation, le jeune apprenti en ressort avec le titre de maître chapelier.

L’année suivant son retour en Italie, Giuseppe ouvre avec son frère Lazzaro son tout premier atelier à Alessandria, sous le nom Borsalino Giuseppe & Fratello. La Chapellerie crée alors son fameux chapeau Borsalino. Le couvre-chef en feutre, caractérisé par sa forme fedora, ses bords étroits et sa calotte creusée, conquiert rapidement le cœur de la gente masculine.

C’est à partir de là que le chapelier va gagner en renommée et devenir reconnu pour son travail à la finesse et la qualité irréprochable. Les ventes ne cessant de s’accroître, l’entreprise devra importer des machines d’Angleterre pour honorer la demande.  Dans les années 1880, l’entreprise commence ainsi a exporter dans le monde entier.

On retrouve aujourd’hui de nombreuses déclinaisons du petit Borsalino, avec diverses variations de couleurs. Le plus classique reste cependant l’original, en feutre poil et coloris noir, modèle que l’on trouvait avant les années 1990.

Giuseppe+Borsalino-thumb

Guiseppe Borsalino

chapeau-homme-borsalino-noir

Le fameux borsalino noir

 

 

 

 

 

chapeau-borsalino-marine

Une déclinaison anthracite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’âge d’or 

Après le décès de Guiseppe en 1900, c’est son fils Teresio Borsalino qui prend la succession de la société. La marque prend de l’ampleur et se constitue une image de qualité avec des chapeaux destinés à l’élite. Dans la même année, le borsalino gagne le Grand prix à l’Exposition universelle de Paris, une récompense prestigieuse.

On retrouve ainsi le borsalino sur la tête de grands noms du septième art, telles que Frank Sinatra ou encore Humphrey Bogart. C’est un véritable coup de pub qui participe grandement à la notoriété de la marque et à son extension.

Le cinéma va d’ailleurs grandement populariser ce chapeau de feutre, notamment avec les films de gangsters qui rencontrent un énorme succès. Le Borsalino entre dans la légende et se forge une image de chapeau bad boy. On le retrouve alors sur les parrains de la mafia, pour compléter un costume impeccable.

C’est le cas du célèbre Al Capone qui arborait toujours un Borsalino blanc. Les personnages de  François Capella et Roch Siffredi, dans le film Borsalino, ou encore d’Al Pacino dans The Godfather confirmeront le succès du petit chapeau de feutre qui connait alors ses meilleures années.

Rod Steiger as Al Capone in 1959

Rod Steiger dans le rôle d’Al Capone

1740062-al-pacino-michael-corleone-dans-le-parrain

Al Pacino pour The Godfather

Le Borsalino devient alors un produit indispensable que tout le monde s’arrache. Forte de son succès, l’entreprise deviendra même le fournisseur officiel de la famille royale italienne. En 1939, c’est le petit neveu de Guiseppe, Teresio Usuelli qui reprend l’affaire familiale avec l’aide de son cousin. L’activité semble alors prospère et la pérennité du groupe Borsalino assurée.

 Les difficultés et l’essoufflement de la marque

Pourtant, les ventes finissent par baisser. Le petit chapeau italien semble ne plus être à la mode et attire de moins en moins les nouvelles générations. Il est alors nécessaire de relancer la production pour permettre à l’entreprise de garder sa position sur le marché et de survivre. Le groupe Borsalino doit alors revoir sa stratégie pour acquérir une clientèle plus jeune, qui lui tourne jusque là le dos.

Le renouveau 

En 1992, l’entreprise est alors rachetée par la famille Gallo-Monticone. L’objectif est ainsi de reprendre la célèbre marque italienne pour lui permettre de connaître un nouveau souffle.Toucher les nouvelles générations devient une priorité, sans pour autant abandonner le processus de fabrication artisanale. Le borsalino commence alors à se décliner dans des couleurs différentes et adopte également de nouvelles courbes.

La conquête de nouveaux marchés

Pour assurer son développement, Borsalino étend sa commercialisation sur le continent américain, avant de se lancer dans la distribution en Asie. Le groupe fait alors son apparition dans des villes comme Séoul, Hong Kong ou encore Singapour. Plus tard, une usine sera même inaugurée en Chine sous le nom de Borsalino Orient.

Aujourd’hui, c’est un chapeau qui se porte aussi bien par les hommes que les femmes. Déclinés dans des coloris et des matières différentes, la forme fedora est devenue un grand classique de la garde robe. Si le borsalino reste la principale référence, on trouve des fedoras de nombreuses marques et pour tous les budgets.

Sarah-Ann-Murray

Sarah Ann Muray succombe au Borsalino rouge

Et vous, vous avez adopté le Borsalino?

Pour aller plus loin, nous vous invitons à découvrir sur la boutique en ligne nos modèles Borsalino. 

Vous avez aimé cet article ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *